Aller au contenu


Le Seigneur de l'Anumidium


  • Veuillez vous connecter pour répondre
13 réponses à ce sujet

#1 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Fahliilyol
    Fahliilyol


  • 30 messages

Posté 05 December 2017 - 10:01

Hello! Ça vous tente un crossover TES/LOTR?^^
Voici le résumé: Il y a longtemps, la Terre du Milieu et Tamriel ne faisaient qu'un. Thranduil et Ayrenn gouvernaient les elfes ensembles, heureux et amoureux... Seulement, une Cassure du Dragon a provoqué la séparation des deux mondes, séparant les deux souverains... Et leurs enfants, Legolas et Athana.
Aujourd'hui, Tamriel est menacé par Molag Bal, qui a asservi l'Empire, et Sauron se réveille en Terre du Milieu. Seulement, une machination bien plus terrifiante que ces deux ennemis séparés se développe dans l'ombre...

Bien entendu, aucun plagiat ne sera toléré (j'ai déjà eu des problèmes des plagiat, donc je précise des fois que certaines personnes aient l'envie de me piquer mon histoire...)

Si ça vous intéresse, je publierai le premier chapitre dans la semaine^^ si ça vous interesse pas...ben je publierai pas xD  


#2 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Fahliilyol
    Fahliilyol


  • 30 messages

Posté 06 December 2017 - 19:03

Coucou, voilà le premier chapitre pour que vous puissiez voir ce que ça donne pour l'instant^^

Chapitre 1: Athana Aldméri


La nuit tombe sur Alinor, la capitale du Domaine Aldmeri. Au-dessus de nos têtes, Masser et Secunda sont invisibles, masquées par de gros nuages noirs qui présagent une nuit d'orage... Ils sont rares dans notre belle île, mais de temps en temps... Ils tonnent, même s'il ne s'agit pas des violents orages qui feraient trembler les montagnes du nord, d'après ce que j'en ai entendu dire... D'habitude, je n'aime pas trop l'orage: la foudre peut frapper n'importe qui, n'importe où. Toutefois, aujourd'hui,je le salue comme un héros: je suis en effet en mission avec mes troupes cette nuit, et la plus grande discrétion est de mise.
Peu de temps avant minuit, je gagne les quartiers réservés aux soldats d'élite : mes soldats m'y attendent déjà, prêts à passer à l'action. Contrairement à la volonté de la reine, il s'agit d'un groupe de femmes: nous nous entraînons ensemble depuis notre plus jeune âge et nous nous connaissons parfaitement, au point que nous n'avons pratiquement plus besoin de parler en mission, ce qui a rendu mon choix évident, même si la reine préférerait que quelques hommes rejoignent nos rangs... Chacune connait son rôle à la perfection : Laenia et Sylvia, deux bosmers d'une agilité remarquable, sont les deux archères du groupe, et également deux soldates redoutables au corps à corps, les meilleures du Domaine. Arelys et Janna maîtrisent parfaitement les sorts de destruction et d'illusion, Ilynia et Valana ceux de guérison et de protection. Quand à Ellyria, Ondaria et Vylia, ce sont nos meilleures soldates polyvalentes: elles maîtrisent tous les domaines magiques et se débrouillent parfaitement avec des armes... Bien entendu, toutes savent utiliser la magie aussi bien que les armes, mais chacune a son domaine principal de compétence... ce qui nous a permis de développer notre propre technique de combat, ainsi que nos propres moyens de défense.
À peine suis-je arrivée dans la salle que Valana vient me voir, les yeux brillants :
- Athana, vous ne devinerez jamais qui m'a demandée en mariage!
Je lève les yeux au ciel. Je suis ravie pour elle que le commandant Arano lui ait enfin fait sa demande, mais je pensais avoir été claire à ce sujet: à partir du moment où nous sommes censées partir en mission, notre vie extérieure ne compte plus, et Valana le sait, ce qui explique qu'elle se mette subitement à rougir en baissant la tête. Toutefois, puisque nous ne sommes pas encore parties et que je ne l'ai pas vue de la journée, j'accepte de passer l'éponge :
- Mes félicitations, Valana. Maintenant, prenez vos armes et préparez vous. Leur rendez vous est à minuit tapantes dans une vieille maison abandonnée à la sortie de la ville, et je ne tiens pas à les louper!
Mes soldates hochent la tête et attachent leurs armes. Seules nos deux bosmers portent une armure: certains altmers ont tendance à les considérer comme inférieures alors qu'elles sont nos sœurs, au même titre que les kajiits, d'ailleurs. C'est d'ailleurs pour cela que nous sommes en mission ce soir: un groupe d'extrémistes thalmors cherchent à faire assassiner la reine, qu'ils trouvent trop souple avec les non altmers. Je ne les comprends absolument pas, ayant plusieurs frères et sœurs d'armes bosmers ou kajiits... J'aurais même tendance à considérer les orques et les dunmers comme des frères, puisqu'eux aussi sont des "mers", comme nous... Bon, nous sommes peut être les seuls à avoir une sorte d'immortalité vu que nous vivons particulièrement longtemps par rapport aux autres peuples de Tamriel, dont la vie est éphémère, mais pour moi, seuls les hommes sont réellement inférieurs à nous... Enfin, plutôt, ce ne sont que des enfants qui ne comprennent pas tout. Leur vie est si courte... Ils n'ont pas le temps d'assimiler les connaissances que nous possédons, et ils sont également tellement aveugles sur leur origine divine...
Un geste de la part de Sylvia me tire de mes pensées : sa vision est nettement plus pointue que la mienne, puisque c'est une bosmer, et vu la façon dont elle s'est arrêtée net, c'est qu'elle a vu quelque chose. Le reste de l'équipe porte une main à hauteur de dague, prêt à dégainer au besoin, sauf nos mages destructrices qui sont prêtes à se servir de leurs sorts. La maison où est censée se tenir la réunion ennemie est totalement silencieuse et semble même plutôt vide.
- Nous sommes épiées, me Sylvia en regardant dans une ruelle adjacente. Ils sont sur les toits.
Je comprends son geste: elle a peur de les faire fuir en se tournant vers eux brutalement... Je sonde l'obscurité avec mes pouvoirs en cherchant une étincelle de vie prouvant que mon amie a raison: j'en trouve plusieurs sur les toits, possédant chacune une étincelle spéciale qui permettrait, avec un peu plus de connaissances, d'identifier ces hommes...
Soudain, un cri résonne au-dessus de nous. Instinctivement, nos mages invoquent des sorts de protection. Juste à temps : une volée de flèches nous tombent dessus, mortelle si nous n'avions pas eu de protection magique... Pas besoin de plus pour agir: les deux bosmers se placent au centre du groupe et se mettent à tirer, Ilynia et Valana se placent à leur côtés et murmurent de puissants sorts de protection qui nous entourent et repoussent les tirs ennemis, Arelys et Janna invoquent diverses créatures, puis deux arcs afin d'ajouter leurs tirs à ceux des bosmers, et les trois soldates restantes m'entourent: Ondaria et Vylia se placent au pied d'un bâtiment et croisent leurs mains pour qu'Ellyria et moi puissions prendre appui dessus et sauter jusqu'au toit. Les archères font déjà des dégâts, mais les principaux cerveaux ennemis vous sans doute prendre la fuite.
J'ai à peine posé un pied sur le toit que je remarque à quel point nos ennemis sont prévisibles: trois hommes sont déjà à terre, quatre autres peinent à arrêter les tirs de nos amies et deux autres s'enfuient sur les toits. Je laisse Vylia et Ellyria se charger des mages et Ondaria et moi nous élançons à la poursuite des deux fuyards. Ils connaissent le terrain, ça se voit, mais ils agissent par terreur et risquent donc de faire des faux pas. Un regard à mon amie suffit à lui faire comprendre le message: "On ne les tue pas". Elle hoche la tête et dégaine une dague dont la lame luit d'une lueur inquiétante. La connaissant, elle l'a sûrement ensuite d'un poison paralysant particulièrement puissant. Elle lance l'arme sur nos ennemis et effleure le bras de l'un d'entre eux. Je souris quand sa cible se met à tituber, puis s'effondre sur le toit sans pouvoir lutter contre le poison. Ondaria le rejoint pendant que je poursuis le dernier fuyard. Il m'entraîne toujours plus loin sur les toits de notre belle capitale, sous la pluie qui commence à tomber, signe que l'orage approche. Soudain, il se retourne vers moi et lance un sort de flammes dans ma direction. J'esquive facilement, surtout qu'il s'agit d'un sort relativement faible, qu'on apprend aux novices. Pratique pour détourner l'attention des cibles peu attentives... Ce que je ne suis pas. Je réplique en lançant une boule de feu, que mon ennemi bloque d'une barrière magique. Il lâche un rire sourd e faisant apparaître autour de lui une aura de feu.
- C'est tout ce dont vous êtes capable, princesse?
Son ton moqueur me vexe, mais je ne laisse pas ma fierté l'emporter. Il cherche à me faire rager pour pouvoir me vaincre plus facilement... Pour toute réponse, j'invoque un atronach de foudre, qui s'élance vers lui en poussant un râle monstrueux. Le mage le désinvoque aussi facilement que s'il s'était agi d'un familier... Je suis stupéfaite, mais je ne le montre pas. J'enchaîne avec de nouveaux sorts de glace et de foudre, tous plus violents les uns que les autres. Mon adversaire les bloque facilement et m'en lance d'autres, encore plus puissants. Je réussis à les retourner contre lui... Pour les voir s'échouer contre une barrière magique qui l'entoure totalement.
Une flèche se fiche dans la barrière ennemie, ce qui détourne l'attention du mage. Je reconnais les plumes au bout du trait : c'est une flèche bosmer, probablement tirée par Laenia. Des sorts de feu et de foudre se mêlent aux flèches, forçant le mage à utiliser ses pouvoirs pour se défendre physiquement. J'en profite pour attaquer mentalement : ses défenses sont concentrées sur les tirs de mes amies, ce qui me permet de forcer le passage pour accéder à ses pensées. Malgré tout, d'autres barrières magiques se dressent autour de son esprit... Je m'acharne magiquement dessus dans l'espoir de le faire céder, puis je l'entends hurler de douleur: une de nos épéistes a réussi à lui porter un coup violent au bras, suffisant pour lui faire lâcher prise sur ses sorts de protection, déjà affaiblis par mon attaque mentale. J'en profite pour lui plaquer une dague sous la gorge.
- Par ordre de la reine Ayrenn Aldmeri, je vous arrête pour vos agissements contre le Domaine et ses habitants ! Suivez nous sans faire d'histoire et vous aurez peut-être une chance de rester en vie.
Je reconnais l'homme: il s'agit d'un noble de la cour, qui a toujours montré son désaccord avec la reine sur les peuples membres du Domaine Aldmeri... Il ricane:
- Vous pensez avoir gagné, princesse? Dommage pour vous, le combat ne fait que commencer...
Il plisse les sourcils. Son nez se met subitement à saigner alors qu'il respire de plus en plus vite et de plus en plus fort, signe que quelque chose ne va pas. Laenia l'assomme d'un bon coup de poing sur la tempe en souriant:
- Critique les bosmers, imbécile. Nous, au moins, on sait se servir des poisons...
Elle se retourne vers moi.
- Les flèches de ses sbires étaient couvertes de poison. Sylvia a été touchée, mais cet idiot a mis une dose de poison tout juste suffisante pour étourdir un enfant humain!
Je me mets à rire avec elle en imaginant la tête de l'archer qui espérait voir notre amie tomber au sol...C'est ce que j'apprécie le plus, chez les bosmers : leur incroyable capacité à résister aux poisons... Et leur insouciance presque enfantine. Mais ça, je crois que tous les bosmers ne l'ont pas...
Nous retournons dans la ruelle où ils nous ont attaquées. Là, les filles me font leur rapport:
- Trois archers morts, me dit Sylvia. Deux mages dans les pommes...
- Un autre à l'agonie, constate Arelys. Et le dernier est visiblement entre la vie et la mort...
- Plus les deux fuyards qui sont clairement les chefs de ce groupe, termine Valana.
- Beau travail, les filles, je les félicite. Laissez les morts ici, on ramène les autres au palais. Achevez celui qui agonise, on ne peut rien pour lui. Quand à celui qui semble à moitié mort...
Je m'agenouille près du blessé. Il a l'air si jeune... Un enfant, presque.
- On l'emmène. Je ne pense pas qu'il ait vraiment décidé à être là.
- À vos ordres, princesse, me répondent mes soldates en chœur.
Les corps des morts brûlent, ceux des vivants flottent devant nous. Nous prenons la route du palais, ravies de notre mission couronnée de succès.


**********


Une fois au palais, je laisse les filles se charger de porter les corps de nos prisonniers aux cachots, excepté celui du plus jeune, qui est envoyé directement à l'infirmerie pour être soigné. À peine suis-je arrivée qu'un messager me prévient que la reine souhaite me voir. Je le renvoie après l'avoir remercié, puis prends la direction de mes appartements pour me changer: hors de question de me présenter à la reine dans ma tenue actuelle, trempée, couverte de boue et de sang...
Sur la route, je croise le capitaine Anaiar, l'un des plus redoutables soldats de la reine... Et l'un des plus cruels. Il s'incline en me voyant, ne me laissant aucune échappatoire. Je suis forcée de lui tendre ma main, qu'il porte à ses lèvres en me parlant d'un ton bien trop mielleux à mon goût :
- Belle princesse, que faites-vous donc dans pareille tenue à cette heure si avancée de la nuit? N'avez vous donc aucune crainte d'être malade?
- Merci de vous inquiéter pour moi, capitaine, mais rassurez vous, je vais très bien. Je ne faisais que chasser les ennemis de la reine...
- Vous aussi avez des ennemis, princesse. Ne craignez vous pas pour votre vie?
Je me remets à marcher.
- Ma vie est au service du Domaine, capitaine. Je ne crains personne, pas même les daedra.
Il m'attrape par le bras, me forçant à m'arrêter.
- Ne dites pas de telles choses, princesse... Vous savez à quel point les daedra sont puissants...
Je me dégage.
- Vous m'importunez, capitaine.
- Pardonnez moi, princesse. Passez une bonne soirée...
Je suis déjà loin dans le couloir. Je le déteste. Il passe son temps à me faire la cour, à tenter d'obtenir ma main auprès de la reine... Tout cela pour pouvoir s'afficher comme gendre de celle-ci et donc posséder plus de pouvoir... Je le hais.
Deux servantes m'attendent dans ma chambre, Dylia et Aerwenn. Cette dernière s'occupe de moi depuis mon plus jeune âge : c'est une altmer au visage ridé et aux cheveux argentés, qui témoignent de son grand âge... Elle est très gentille et lit sur mon visage comme dans un livre, aussi envoie-t-elle Dylia chercher de l'eau chaude pour me préparer un bain. Dès qu'elle est sortie, Aerwenn me prend mon épée des mains et détache soigneusement toutes les courroies de mon armure tout en me parlant:
- Ma chère enfant, tu as encore rencontré ce bon à rien d'Anaiar?
Je souris légèrement.
- On ne peut rien te cacher, Wenn, je réponds en retirant mon armure.
Je l'appelle Wenn depuis que je suis toute petite: son prénom était trop dur à prononcer, à l'époque... Et elle ne me corrigeait jamais lorsque je l'appelais comme cela. Elle range soigneusement l'armure sur le porte armure créé spécialement pour cette dernière pendant que je poursuis :
- Cet imbécile préférerait me voir sienne, avec une bande d'enfants dans les jambes, plutôt que de me laisser combattre librement... Tout ce qu'il souhaite, c'est perpétrer le nom de sa lignée... Et de préférence rejoindre officiellement la famille royale.
- Ne t'énerve donc pas pour si peu, Athana... La reine sait que tu ne souhaites pas te marier. Elle ne te donnera pas à lui, tu le sais.
- N'empêche que je le déteste et qu'il continue à tenter de me courtiser! Tu devrais voir son sourire mielleux quand il me voit...
Dylia revient et annonce:
- Princesse, votre bain est prêt.
- Merci, Dylia. Tu peux sortir.
La jeune fille fait une petite révérence et sort.
- Wenn, tu peux me préparer une robe? je demande à ma nourrice. La reine m'attend...
- Bien sûr, mon enfant, répond la vieille femme en souriant. Va te laver, maintenant. Tu sais que la reine n'aime pas attendre.
Je souris en ouvrant la porte de ma salle de bains. Une baignoire remplie d'eau brûlante m'attend, sa surface remplie de mousse parfumée à la violette, une de mes fleurs préférées. Je retire ma tunique et plonge dans l'eau chaude. Cette dernière réussit à chasser ma haine pour le capitaine et me détend... Je lave soigneusement mes longs cheveux dorés et frotte ma peau avec un savon parfumé à la rose, puis je sors de l'eau chaude et enfile une tunique fine. Quand je sors de la pièce, Aerwenn m'aide à enfiler une robe bleue assez simple, mais suffisamment noble pour aller voir la reine. Elle brosse ensuite mes cheveux avant de me laisser partir.
Les appartements de la reine sont juste au-dessus des miens, et occupent également tout un étage. Lorsque je frappe à sa porte, une servante vient m'ouvrir. Elle s'incline en me reconnaissant et me demande de la suivre dans un petit salon qui jouxte la chambre de la reine. Cette dernière m'y attend, vêtue elle aussi d'une robe noire assez simple. Elle est penchée sur un livre et relève la tête lorsque la servante annonce ma présence.
- Sortez et fermez la porte, lui demande la reine en fermant son livre.
La servante s'incline et sort. Une fois la porte fermée, la reine se lève et s'approche de moi d'un pas royal. Son regard est à la fois fier, un peu nostalgique et rempli d'amour...
- Comment s'est passée ta mission, Athana ? me demande-t-elle.
Je lui fais le rapport détaillé de notre rencontre dans les rues d'Alinor. Elle semble un peu inquiète, mais finit par dire lorsque j'ai terminé :
- Excellent. Tu diras aux geôliers de commencer l'interrogatoire demain.
- Bien, votre Majesté.
Elle me tourne le dos et fait quelques pas dans la pièce, signe de nervosité et également de l'importance de ce qu'elle va me dire dans quelques instants.
- Athana, ma fille...
Gagné. Son ton est soudain plus sérieux, sa voix plus basse.
- Oui, mère? je demande, inquiète de la suite.
Elle revient vers moi. Son regard me fait penser que je dois m'attendre au pire.
- Il faut que je te montre quelque chose. Viens avec moi.
Elle pose sa main sur le mur, à côté de la cheminée. Un passage secret se révèle alors dans le mur: une porte s'y trouve cachée, menant à un couloir sombre et poussiéreux. Inquiète par le ton grave qu'a employé la reine, j'y suis cette dernière jusqu'à une autre porte. Malgré la couche de poussière qui règne dans le couloir, signe que personne ne vient jamais ici depuis très longtemps, la porte ne fait pas le moindre son lorsque la reine l'ouvre. Nous nous  retrouvons alors dans une pièce chargée d'objets étranges, d'armes à l'allure étrangère, de meubles et de tableaux anciens. L'un d'entre eux attire mon attention : il représente deux personnes, un homme et une femme. Tous deux possèdent une attitude royale et fière... La surprise me frappe lorsque je reconnais la reine: son visage est identique à son physique actuel, toutefois elle semble plus frêle et beaucoup plus jeune, comme si ce tableau avait été peint il y a des centaines, voire des milliers d'années... Le peintre qui s'est chargé de cette œuvre devait être très doué, peut être même magicien, car les émotions des deux personnages se lisent clairement dans leur yeux: un mélange de joie et d'amour... Amour partagé, si j'en crois la façon dont l'homme, un elfe, enlace la reine. Le visage de ce dernier me semble familier, bien que j'ignore d'où me vient ce sentiment... Je détaille son portrait. Ses cheveux blonds très clairs sont impeccablement coiffés, retenus par une couronne d'argent. Son visage fin et gracieux est typique de ceux des altmers, et ses yeux bleu-gris pétillent de joie et d'amour en fixant éternellement la reine... Sa bouche fine est étirée en un sourire léger, qui le rend presque charmeur. Je ne peux m'empêcher de penser que cet homme doit être très beau, suffisamment pour plaire à la reine...
- C'est ton père, Athana.
Je me retourne brusquement en invoquant un sort de flammes, avant de me rendre compte qu'il s'agit de la reine. Elle s'avance vers le tableau, le regard songeur. Je ne l'ai jamais vu dans un tel état : elle semble vieille de plusieurs milliers d'années, fatiguée par sa vie... Triste, déprimée et nostalgique.
- Il s'appelait Thranduil, poursuit-elle. C'était un elfe remarquable, tu sais... Un formidable guerrier, peut-être un peu trop sérieux par moments, mais prêt à tout pour nous protéger...
Je suis à la fois furieuse et curieuse. Furieuse qu'elle ne m'ait jamais parlé de lui,et curieuse de le connaître... Je suis incapable de l'interrompre alors qu'elle continue, comme perdue dans ses souvenirs qui datent d'il y a si longtemps...
- Il m'a fait sa déclaration sur un champ de bataille, juste après que nous ayions remporté une grande victoire face aux hommes. J'étais folle de joie à ce moment là...
Elle soupire.
- Cela n'a fait que renforcer ma tristesse, termine-t-elle dans un murmure, surtout que je venais de te donner la vie, ainsi qu'à ton frère... Tu avais un jumeau, Athana. Nous l'avions appelé Legolas...
- Que s'est-il passé ? je demande, la curiosité ayant dépassé la colère de n'avoir rien su depuis plus de cinq cents ans.
- Nous n'avons rien vu venir. Vous n'aviez que quelques mois quand le Numidium a été activé. C'était la guerre, nous ne pouvions rien faire... Cette abomination a créé une Cassure du Dragon, une sorte de faille entre deux réalités... Et ton père et ton frère ont disparu, ainsi que la moitié de notre armée. En fait, une partie de la population de Tamriel a disparu ce jour-là, avec eux.
Je suis abasourdie par sa révélation. Choquée et sonnée, incapable de parler pendant quelques secondes. Puis c'est la colère qui prend toute la place.
- Et pourquoi me dire ça maintenant ? je demande d'un ton tranchant, furieuse d'avoir passé tant de temps sans rien savoir de la vérité.
La reine redresse la tête. La femme éplorée qu'elle était quelques instants plus tôt a disparu, laissant place à la reine fermée que j'ai l'habitude de voir.  Cette fois, ce n'est plus à sa fille qu'elle s'adresse, mais à sa meilleure soldate, chef de ses troupes d'élite.
- Des espions postés dans l'Oblivion nous ont rapporté que Molag Bal tente de retrouver le Numidium. Nous savons que sa source énergétique, le Coeur de Lorkhan, a disparu définitivement il y a longtemps, mais connaissant ce prince, il va chercher un autre moyen de le faire fonctionner...
- Et où est le rapport avec mon père? je demande, cette fois par curiosité et angoisse.
- Aussi incroyable que cela puisse paraître, un mage de l'ordre des Psijiques est apparu cet après midi. Il m'a dit que nous avions besoin de l'aide de Thranduil... Et que les ruines de l'antique cité naine de Griffenoire renfermeraient le moyen de le retrouver.
- Pourtant, rien ne prouve que cette cité existe.
- C'est ce dont nous allons nous assurer.
- Nous? je demande, incrédule.
La reine hoche la tête.
- Je dirigerai cette mission. Nous devons faire vite pour découvrir ce que Molag Bal prépare et comment le détruire.
- À vos ordres, votre Altesse.
Elle me ramène dans ses appartements.
- Rendez vous demain à midi dans la cour avec vos soldates .
- Bien, Votre Altesse.
Je quitte la pièce pour aller dormir un peu. La nuit est déjà bien avancée, et je compte me reposer un peu avant de sortir. Toutefois, une fois dans mon lit, je ne peux fermer l'oeil. Je pense en effet à mon père et à ce frère que je n'ai jamais connus et qui, un jour, ont fait partie de ma famille... Mère ne m'avait jamais parlé d'eux avant, sans doute pour se protéger de la douleur. Toutefois, la curiosité me rongeait: à quoi ressemblaient-ils aujourd'hui ? Où vivaient ils? Se souvenaient-ils de nous? Et leur version de Tamriel, était-ce la même que la nôtre? Je finis par m'endormir alors que les premières lueurs de l'aube pointaient, hantée par toutes ces questions sur cette partie de mon passé qui m'échappait...

#3 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Jiitar
    Jiitar


  • 2615 messages

Posté 06 December 2017 - 21:45

Voir le messageFahliilyol, le 05 December 2017 - 10:01, dit :

Hello! Ça vous tente un crossover TES/LOTR?^^
Voici le résumé: Il y a longtemps, la Terre du Milieu et Tamriel ne faisaient qu'un. Thranduil et Ayrenn gouvernaient les elfes ensembles, heureux et amoureux... Seulement, une Cassure du Dragon a provoqué la séparation des deux mondes, séparant les deux souverains... Et leurs enfants, Legolas et Athana.
Aujourd'hui, Tamriel est menacé par Molag Bal, qui a asservi l'Empire, et Sauron se réveille en Terre du Milieu. Seulement, une machination bien plus terrifiante que ces deux ennemis séparés se développe dans l'ombre...

Bien entendu, aucun plagiat ne sera toléré (j'ai déjà eu des problèmes des plagiat, donc je précise des fois que certaines personnes aient l'envie de me piquer mon histoire...)

Si ça vous intéresse, je publierai le premier chapitre dans la semaine^^ si ça vous interesse pas...ben je publierai pas xD  

Vu que personne n'y a répondu, je vais prendre la peine de sortir de ma retraite: non. Et ce, pour plusieurs raisons.

1) Les deux univers diffèrent énormément. Tolkien voyait la Terre du Milieu comme un très lointain passé de notre monde. Les Elder Scrolls eux, ont lieu dans un univers totalement fermé et qui n'a aucune influence de l'extérieur.
2) Les elfes de Tolkien et les altmer n'ont rien à voir (les altmer sont plus inspirés des Melnibonéens).
3) Ton récit, du peu que j'ai parcouru, est anachronique: tu utilises des événements survenant à la fin de la deuxième ère et de la troisième ère (l'activation du Numidium, la chute de Dagoth Ur) dans un contexte d'une période antérieure de la deuxième ère.
4) Un complot avec les daedra, dont Molag Bal. Je suis submergé par tant d'originalité. Pour l'anecdote, l'auteur des deux romans TES a réussi à utiliser l'Oblivion sans mettre un seul daedroth en antagoniste.
En bref: il faut arrêter avec les daedra. C'est l'antagoniste des gens ne sachant pas de quoi parler dans leur histoire. L'univers des Elder Scrolls est assez vaste pour se passer des daedra.

#4 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Fahliilyol
    Fahliilyol


  • 30 messages

Posté 06 December 2017 - 22:35

Merci pour ton avis^^ si ça marche vraiment pas, tant pis^^ je crois que j'ai encore beaucoup de choses à apprendre sur l'univers, je pensais qu'il y avait eu une activation du Numidium encore avant les évènements de TESO... après, je rappelle que mes infos je les tiens d'Internet, j'ai pas dû comprendre un truc xD
Pour ton point 1, je suis au courant, mais on n'est pas obligé de toujours suivre le fil de la pensée d'un auteur, si? Puis vu que je crois fermement à l'existence de mondes parallèles et de portails les reliant (je développerai pas ici, trop long à expliquer)... Ben voilà d'où ça sort x) (après je l'admets, je pars loin dans mes délires)
Pour ton point 4, tu parles de quels bouquins? Parce que ceux que j'ai lu, c'était peut être pas directement un Daedroth en antagoniste, mais ça restait quand même plus ou moins en rapport avec les daedra...
Et les pensées d'un atronach de feu, t'en penses quoi?^^
Encore merci pour ton avis! :)

#5 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Jiitar
    Jiitar


  • 2615 messages

Posté 07 December 2017 - 00:02

Visiblement, tu n'as pas compris: Tolkien a créé son univers en le pensant comme étant une projection du passé de notre monde. Les Elder Scrolls eux, ont lieu dans un univers qui a été conçu comme fermé, dans lequel on ne peut entrer.
Et ce n'est pas une question d'univers parallèle ou pas, l'univers des Elder Scrolls est totalement hermétique. Ce serait comme poser une pizza à côté d'un pot de cornichons impossible à ouvrir, peu importe ta bonne volonté, tu ne mettras pas de part de pizza dans le pot de cornichons.

D'autant que, avis purement personnel, tu n'as aucune maîtrise des deux univers que tu veux lier, donc le projet est d'autant plus casse-gueule.

La première activation du Numidium résulte de Tiber Septim et sa bande, soit près de trois siècles (à peu d'années près) après les événements de TESO. Donc non, pas d'activation avant.

Je parle de La Cité Infernale et du Seigneur des âmes, où l'on a simplement les personnages qui passent à un moment dans l'Oblivion et où l'antagoniste reste un Hist qui pète son câble dans une cité volante. Ce qui est très différent (pour ne pas dire plus original) qu'un banal complot avec un daedroth qui veut impacter Nirn.

J'ai lu en diagonale, car clairement, ce n'est pas du tout un style que j'apprécie. Et pas de souvenirs d'un atronach de feu (puis bon, c'est un daedroth, donc le fait qu'il pense n'a rien d'exceptionnel).

#6 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Clath
    Clath


  • 3623 messages

Posté 07 December 2017 - 01:00

Je suis d'accord avec l’idée générale de ce que t'a dit Jiitar (même si c'est dit un peu sèchement...), maintenant je vais essayer d'ajouter quelques trucs.

Déjà, je tiens a préciser que je suis pas très friande des crossovers de façon générale, mais bon je ne rejette pas non plus l’idée, hein.

Je pense que ce que dit Jiitar sur le fait que ce sont des univers incompatibles est assez vrai, voire très vrai, mais en ce qui me concerne je ne pense pas qu'en théorie, il soit IMPOSSIBLE de faire quelque chose de ces deux univers ensembles (ou n'importe quelle combinaison d'autres univers...)

MAIS.. plus on bosse avec des œuvres incompatibles (et ENCORE PLUS quand ce sont des œuvres aussi détaillées et laissant peu de place a l'auteur pour expliquer comment on peut 'compatibiliser'), PLUS il va te falloir une connaissance vraiment béton de tes deux univers. Il va te falloir en trahir au moins un, et le faire sans dénaturer le tout est très, très, très délicat.

Et puis, même ça ce n'est pas suffisant. Il faut que tu aies une idée qui soit suffisamment forte et novatrice pour justifier cet énorme travail de 'compatibilisation' et puis que cette idée ne puisse pas être implémentée dans un seul de ces univers (sinon il ne sert a rien d’ajouter l'autre).

Du coup, c'est vrai que si tu ajoutes le temps qu'il faut pour avoir une grande connaissances de ces univers énormes, plus le besoin d'avoir une idée vraiment géniale, plus des mois de boulot pour rendre compatible cette idée sur papier... C'est peut être + que ce qu'on veut mettre en temps et énergie dans une fanfic.

Mon conseil : Si tu tiens vraiment a te lancer dans une fic TES/LOTR, reste sur des fics très courtes, intrigue très simple, temps très court : tu perds pas trop de temps, tu t’exerces a l’écriture, il y a plus de chances que même les gens qui ne sont pas convaincus lisent parce que c'est court.. Plutôt que te lancer dans un truc long dans lequel tu vas investir beaucoup de temps, qui risque de ne pas être lu, et qui risque de ne plus te plaire meme a toi une fois que tu auras plus creusé l'univers des TES (ce qui arrivera forcement pendant que tu écris!)

#7 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Fahliilyol
    Fahliilyol


  • 30 messages

Posté 07 December 2017 - 06:42

Okay merci des conseils^^ je vais laisser tomber, alors^^

#8 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Clath
    Clath


  • 3623 messages

Posté 07 December 2017 - 15:47

Il ne faut pas non plus que ça te décourages, hein?
C'est toujours un exercice utile, la fanfic.

#9 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Fahliilyol
    Fahliilyol


  • 30 messages

Posté 07 December 2017 - 17:42

T'inquiète, je suis pas découragée^^ je demande un avis constructif, j'en ai un, certes pas le plus élogieux mais c'est en se prenant des claques qu'on avance, non?^^ puis les fanfictions, je les prends pas souvent au sérieux quand je les écris (t'en as la preuve^^), c'est surtout pour développer mes capacités d'écrivain parce que j'écris aussi des histoires sérieuses sans aucun rapport avec un quelconque fandom, et j'ai une histoire qui me tient vraiment à cœur et que je rêve de faire publier... Mais pour ça, je veux que tout soit parfait et donc avant de publier, je m'entraîne !^^
CQFD: je laisse tomber la fic en tant que telle, mais je la continuerai en brouillon pour m'entraîner à mener une histoire de A à Z... Et pour éventuellement améliorer mon style d'écriture ?^^

#10 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Clath
    Clath


  • 3623 messages

Posté 07 December 2017 - 18:26

Oui, c'est la bonne attitude. N’hésites pas quand même a écrire des fanfics et les publier: ce que je voulais dire, c'est qu'il vaut mieux éviter les gros projets s'ils ne sont pas bien ficelés, pour garder ton temps et ton énergie pour quelque chose qui va en valoir la peine; et apparemment cela tu l'as déjà.

Ça aide forcement a l’écriture les fanfics, et sans stress. Je peux te dire qu'entre ma première fanfic et ce que j'ai écrit en dernier, il y a une grosse différence, pourtant je le prenais aussi comme un jeu et je n'ai pas vraiment d'aptitudes a l’écriture (surtout pas du tout pour ce qui est scenario/ligne directrice.. si un jour j'y retourne ce sera plutôt de la poésie ou autre style qui est surtout focalise sur les mots, le rythme..). De fic en fic, n se relit plus tard, on voit des défauts, on les corrige.. on comprends mieux les critiques précédentes et on peut les appliquer..

#11 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Fahliilyol
    Fahliilyol


  • 30 messages

Posté 07 December 2017 - 20:34

Je confirme x) j'ai relu une de mes premières fics y a pas longtemps... Je dois la reprendre du début parce que plus rien ne va au niveau de la syntaxe xD
Je publie, mais pas ici^^ je vais sur des sites de fanfics (ou sur Wattpad) pour avoir des commentaires plutôt tournés sur le style et la syntaxe^^ et pas seulement sur TES... j'en ai sur Harry Potter (un gros délire), sur LOTR (des gros délires aussi), des fics originales (toujours fantastique, jamais réaliste xD), un projet fantastique/apocalyptique et un GROS projet fantasy avec mon copain^^

#12 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Clath
    Clath


  • 3623 messages

Posté 07 December 2017 - 21:55

J'ai écrit PLEIN de fics HP.. :D  il y a 15-20 ans, ce qui ne me rajeunit pas :?

#13 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Fahliilyol
    Fahliilyol


  • 30 messages

Posté 07 December 2017 - 22:23

x) je me demande ce que ça donne... Tu les as publiées ?^^

#14 Re: Le Seigneur de l'Anumidium

Clath
    Clath


  • 3623 messages

Posté 07 December 2017 - 22:35

Oui, mais je ne sais même pas si les sites existent encore.. Je vérifierai a l'occasion.. Mais ça n’était pas du grand art de toute façon :lol:


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)